Depuis le début de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement a multiplié les bourdes, les erreurs, voire les mensonges. Totalement incompétent face à un tel phénomène, l’équipe de Macron a également réussi plusieurs fois à se contredire, à être incohérente, entre leurs paroles et leurs actes.

On mesure ainsi toute l’impréparation et l’amateurisme d’un gouvernement qui, comble de l’arnaque, gagne en popularité depuis la crise, tout simplement parce que les Français font aveuglément confiance à celui qui donne les ordres en temps de crise. J’ai compilé ici tous les mensonges et les incohérences émanant du gouvernement au sens large depuis le début de l’épidémie.

Agnès Buzyn, le 24 janvier :

Fin janvier, alors que la Chine commence à faire face à l’épidémie de coronavirus, Agnès Buzyn explique qu’il n’y a aucun risque ou presque pour l’Europe et la France.

“Le risque d’importation de cas depuis Wuhan est modéré, il est maintenant pratiquement nul parce que la ville est isolée. Les risques de cas secondaires autour d’un cas importé sont très faibles, et les risques de propagation du coronavirus sont très faibles.” 

Sibeth Ndiaye, le 4 mars :

Le 4 mars 2020, la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye est l’invitée du Grand entretien sur France Inter avec Nicolas Demorand et Léa Salamé. On constate que cette interview a très mal vieilli, tant le discours de Sibeth semble en contradiction avec les décisions futures du gouvernement.

Sibeth explique par exemple :

“On ne va pas fermer toutes les écoles de France, comme quand il y a une épidémie de grippe, on ne ferme pas toutes les écoles en France”

“Si nous basculons dans le stade 3, c’est-à-dire une épidémie qui circule dans tout le territoire, on ne va pas arrêter la vie de la France”

Et pourtant, quelques jours plus tard, c’est bien la vie de la France qui a été arrêtée par la décision d’imposer un confinement national.

Sur les masques, elle ment à nouveau très clairement, puisqu’elle explique : 

“Non il n’y a pas de risque de pénurie [de masques] […] on a des stocks d’Etat qui ont été réalisés dans des mandatures précédentes […] on les déstocke progressivement pour s’assurer d’un bon agenda d’officine”

Quelques semaines plus tard, la pénurie de masque a bien évidemment eu lieu…

Olivier Véran, le 9 mars :

Le 9 mars, sur BFMTV, le ministre de la santé Olivier Véran (LREM) déclarait: 

“C’est le confinement qui provoque la circulation du virus.”

Suite à une telle déclaration, pourquoi avoir mis en place un confinement généralisé de plus de 2 mois ? 

Jean Michel Blanquer, le 12 mars : 

Jean-Michel Blanquer était invité le 12 mars à France Info, et là encore, ses propos sont en contradiction avec les décisions futures de son gouvernement

“Nous n’avons jamais envisagé la fermeture totale des écoles car elle nous semble contre-productive. Quand vous fermez toutes les écoles d’un pays, vous paralysez en bonne partie ce pays.”

C’est exact, mais ça ne les a pas empêché de paralyser le pays pendant 2 mois.

Edouard Philippe, le 13 mars :

Le 13 mars, Edouard Philippe était l’invité de Jean-Pierre Pernaut au JT de 13h de TF1. Il y justifie niaisement le choix de l’exécutif de maintenir les deux tours des élections municipales.

“C’est un moment important de la vie démocratique. […] Si les Français peuvent sortir pour faire les courses, je ne vois pas pourquoi on leur dénierait le droit d’aller accomplir cet acte essentiel.”

Étrangement, il semblerait qu’il ait changé d’avis puisque le second tour a été annulé quelques jours plus tard. On peine à comprendre quel niveau d’incompétence était nécessaire pour maintenir la décision stupide d’effectuer le 1er tour des municipales.

Agnès Buzyn, le 17 mars :

Alors qu’elle n’est plus Ministre de la Santé, celle qui expliquait 2 mois plus tôt que le risque d’importation du virus était “pratiquement nul”, se contredit en expliquant au Monde que “en quittant le ministère, elle savait que la vague du tsunami était devant nous”. 

Elle assure : 

“Le 11 janvier, j’ai envoyé un message au président sur la situation. Le 30 janvier, j’ai averti Edouard Philippe que les élections ne pourraient sans doute pas se tenir.”

On ne comprend pas très bien l’intérêt de cette interview, puisqu’elle était elle-même au premier rang face au virus, et qu’elle avait préféré déclaré que la menace était très faible…

Sibeth Ndiaye, le 17 mars :

Lors du compte-rendu du conseil des ministres du 17 mars, Sibeth Ndiaye se distingue à nouveau par des propos hallucinants de bêtise :

“Les Français ne pourront pas acheter de masques parce que ce n’est pas nécessaire quand on est pas malade.”

Non seulement c’est utile, même quand on est malade, mais en plus une grosse partie des malades sont asymptomatiques, et donc peuvent transmettre le virus. On a donc tout intérêt à faire porter le masque à tout le monde. Mais évidemment, Sibeth essayait vainement de sauver la face du gouvernement, qui a été incapable d’éviter la pénurie de masques.

Jérôme Salomon, le 18 mars : 

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon répète des inepties analogues dans son point presse journalier du 18 mars : 

“Le port de masque dans la rue est totalement inutile pour toute personne non contaminée.”

“Seul le personnel soignant, et les malades dans leur chambre ont besoin de porter un masque.”

Evidemment, c’est une erreur, et Salomon se contredit lui même en affirmant le 22 avril : “J’ai toujours plaidé pour l’accès aux masques grand public pour les Français”.

Sibeth Ndiaye, le 20 mars : 

Jean-Jacques Bourdin recevait Sibeth Ndiaye, encore elle, dans “Bourdin Direct” sur BFMTV et RMC, le vendredi 20 mars 2020.

Elle s’illustre une nouvelle fois par des propos hallucinants, qui seraient drôles si elle n’était pas la porte-parole de notre gouvernement…

“Les masques ne sont pas nécessaires pour tout le monde”

“Moi je ne sais pas utiliser un masque. Je pourrais dire, je suis ministre, je me mets un masque, mais en fait je sais pas l’utiliser”

Je ne crois même pas qu’il soit nécessaire de commenter cette déclaration aberrante…

Laurent Nunez, le 20 mars :

Le secrétaire d’Etat auprès du Ministre de l’Intérieur, Laurent Nunez était l’invité du JT de 20h de France 2 le 20 mars. Il est interrogé à propos des masques par Laurent Delahousse :

“Ils sont livrés très régulièrement […] Non, je ne reconnais pas qu’il en manque.”

Ici, il s’agit d’un mensonge en règle, car Laurent Nunez fait preuve d’un aveuglement risible tant la pénurie de masques est établie par tout le monde.

Sibeth Ndiaye, le 25 mars :

En sortie de conseil des Ministres le 25 mars, la porte-parole du gouvernement ajoute une nouvelle bourde à la longue liste de ses bévues 

«Nous n’entendons pas demander à un enseignant qui aujourd’hui ne travaille pas compte tenu de la fermeture des écoles de traverser toute la France pour aller récolter des fraises»

Naturellement, le corps enseignant a grondé face à cette déclaration et Sibeth Ndiaye s’est excusée. On peut légitimement se demande si elle n’a pas été choisie à ce poste pour servir de fusible, tant il paraît absurde de l’avoir choisi comme porte-parole du gouvernement.

Emmanuel Macron, le 14 avril :

Dans son allocution aux Français en date du 14 avril, le président de la République, sûr de lui-même, déclare :  

“Le 11 mai, nous serons en capacité de tester toute personne ayant des symptômes. Nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n’aurait aucun sens.”

Pourtant, on sait depuis longtemps qu’une grande partie des malades sont asymptomatiques, et de ce fait, c’est une erreur de se restreindre à tester les personnes ayant eu des symptômes. Le discours du gouvernement s’adapte, après la pénurie de masques, au manque de tests…

Je complèterai cet article au fur et à mesure, car on peut s’attendre à ce que la liste s’allonge encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *