Daniel Conversano est un militant de la “droite nationale” au sens large, plus précisément c’est un identitaire “européaniste”, qui s’attache à défendre les intérêts des Européens, et plus largement des Blancs.

 C’est un personnage controversé au sein même de la droite, et c’est la raison pour laquelle j’écris cet article de soutien : j’avais moi-même plusieurs réserves à son égard il y a encore quelques mois, principalement parce que je ne le connaissais pas assez. Par conséquent, j’invite tous les lecteurs qui sont critiques envers Conversano à lire cet article en entier pour vous faire une opinion, et à laisser éventuellement un commentaire en dessous de l’article si vous n’êtes pas d’accord.

Daniel Conversano, auteur et éditeur

 Bien que j’ai encore certains désaccords avec lui, comme par exemple sa proximité avec Yann Merkado qui me semble être un anticatholique hystérique, je considère que le travail de militantisme de Daniel Conversano est à la fois utile et courageux, et par conséquent il mérite mon soutien.

 Par ailleurs, je note que la plupart des critiques qui lui sont adressées sont erronées ou ridicules, notamment parce qu’elles proviennent d’Alain Soral qui a soigneusement choisi des éléments hors contexte ou a inventé des ragots mensongers pour nuire à la réputation de Daniel.

J’ai donc l’intention d’y répondre, pour remettre à tous les idées en place, et pour ne plus entendre des calomnies qui ne reposent sur rien. Par ailleurs, je ne vais pas m’exprimer sur les divers “clash” liés à Conversano au sein de la dissidence, car ils sont bien souvent des facteurs de division sans intérêt.

Dans cet article, je vais faire une liste des 7 raisons de soutenir Daniel Conversano, en commençant par répondre aux critiques bancales qui lui sont faites.

1. Les critiques envers Daniel Conversano sont bancales

  • “Daniel Conversano est un proxénète”

 Cette accusation est probablement l’une des plus graves et les plus mauvaises pour sa réputation, elle a été véhiculée notamment par Alain Soral, mais je trouve hallucinant le fait qu’elle soit encore répétée. En effet, elle est à la fois fausse et en même temps franchement ridicule : qui peut sérieusement croire que Daniel Conversano est un proxénète en Roumanie ? Lui qui était il y a quelques années encore au RSA en France, serait devenu un parrain du crime organisé en Roumanie ? Pour peu que vous suiviez son activité, vous verrez que cette accusation paraît grotesque… 

 Le site qu’il a créé, “batirunfoyer.com”, et que j’évoquerai un peu plus loin, n’a rien à voir avec du proxénétisme, et d’ailleurs s’il en était un, il serait bien mal avisé d’en créer un site vitrine…

  • “Il est anticatholique” 

 Après avoir vu plusieurs dizaines d’heures de ses vidéos, je n’ai pas constaté de réelle animosité envers le catholicisme chez Daniel Conversano. Il est évidemment très critique à l’égard du Vatican pro-invasion actuel, du “pape François” et des catholiques ou prêtres de gauche, mais c’est en raison de leur immigrationnisme dangereux. Par ailleurs, il n’a eu aucun problème à inviter Adrien Abauzit dans une de ses émissions, qui est pourtant un catholique sédévacantiste affirmé.

Adrien Abauzit Daniel Conversano
Conversano en interview avec Adrien Abauzit

 En ce qui concerne Yann Merkado, il est évident que ce personnage promeut un anticatholicisme maladif et que sa ligne me paraît au mieux stérile, au pire déplorable. Je ne sais pas à quel point Conversano et Merkado sont encore proches, mais en tout cas, Yann Merkado n’est plus un acteur et un représentant des Braves (ex-Suavelos), et c’est mieux ainsi.

  • “Il est au RSA et il quémande tout le temps des dons”

 Pour commencer, Conversano n’est plus au RSA, et il est maintenant plutôt dans l’aisance financière grâce à sa nouvelle plateforme “Super Danny Live” (nous en reparlerons au point 6). Par ailleurs, je ne vois pas vraiment en quoi c’est un problème d’être au RSA en France, tant que l’on est pas oisif ou inactif, et Daniel Conversano n’est ni l’un, ni l’autre.

 Je rappelle à tous mes lecteurs que la France est actuellement dirigée par un Etat cosmopolite et anti-français, et que chaque euro que vous lui donnez en impôts permet de financer votre invasion et une propagande violente envers ce que vous êtes : des Blancs insoumis. A partir de ce constat, et tant que la ligne du gouvernement est ouvertement opposée à nos intérêts, gardez à l’esprit cet objectif : “prendre le plus et donner le moins”. Plus vous donnez à l’Etat, plus votre invasion sera financée. Moins vous donnez à l’Etat, et plus vous pourrez utilisez des ressources pour vous, votre famille et vos proches. Etre au RSA ne pose donc aucun problème de cohérence, ou d’éthique, dans la situation actuelle. 

 Par ailleurs, on reproche souvent à Conversano de faire des appels aux dons. Je ne comprends pas pourquoi cela lui est reproché : il est un militant de la cause européenne à temps plein, et il est donc préférable qu’il puisse y investir un maximum de son temps. Vouloir qu’un militant comme lui ait un emploi “normal” pour subvenir à ses besoins et ne pas dépendre de dons ou du RSA est idiot : Pourquoi devrait-il perdre des heures à travailler chaque jour alors qu’il est beaucoup plus efficace en consacrant son temps au militantisme ?

En réalité, la question de l’argent est désormais réglée depuis quelques semaines grâce à la nouvelle plateforme “Super Danny Live”, et nous y reviendrons un peu plus bas (au point 6).

  • “Il s’est fait frapper par Soral alors qu’il veut représenter le nationalisme blanc”

 Commençons par un rappel des faits : alors qu’Alain Soral est sur une ligne de la réconciliation avec les immigrés contre “le pouvoir sioniste” en France, et que Conversano est plutôt un européaniste blanc anti-immigration, ils se sont retrouvés en débat (“arbitré” par Dieudonné) en 2016. Après seulement quelques minutes de débat, Soral, énervé par les propos de Daniel (et probablement conscient qu’il allait être mis en difficulté dans la joute orale), s’est mis à le frapper. Ils ont été séparés, ont repris le débat quelques minutes puis une deuxième bagarre s’est déclenchée avant que le débat ne s’arrête.

 Certains jubilent devant cette vidéo qui leur permet de traiter Conversano de fragile, mais ils semblent oublier quelques éléments : 

  • Soral est un boxeur aguerri alors que Conversano n’a aucun entraînement, n’est pas musclé et ne fait aucun art martial.
  • Par conséquent, il n’y a rien d’étonnant à ce que Conversano perde dans ce “combat”.
  • Il ne s’est pas du tout écrasé, apeuré, devant Soral : il s’est tenu debout et droit, les mains en garde pour riposter.
  • Même après la première altercation violente, Conversano a continué le débat, et il était prêt à le continuer encore après.
  • En réalité, sa posture pendant le débat a été franchement virile et honorable, même si, en raison d’une différence de capacités évidentes, Conversano a encaissé tous les coups.

2. Daniel Conversano s’expose à visage découvert pour défendre une ligne politique courageuse

 Rappelons que Daniel Conversano est entièrement exposé : n’importe quel Français (ou “néo-Français” venu nous enrichir) qu’il croise dans la rue peut potentiellement connaître son visage, son nom, et ses idées politiques radicales. Comme beaucoup de militants de notre cause, il a donc pris un risque considérable en militant à visage découvert, et c’est donc courageux et respectable. 

Daniel Conversano

 C’est un élément qui mérite d’être rappelé aux anonymes du web (j’en suis un) qui se permettent de donner des leçons à tous ces militants. D’ailleurs cet argument s’applique également (entre autres) aux militants de Génération Identitaire, qui sont bien souvent des jeunes et qui mettent en péril leur avenir au prix de leurs convictions : un militant comme Damien Rieu reçoit des centaines de menaces de mort chaque mois…

3. Conversano a réussi à créer “Les Braves” avec succès

 L’une des grandes résussites de Daniel Conversano est d’avoir créé le groupe communautariste blanc “Suavelos”, qui s’appelle désormais “Les Braves”. Je ne suivais pas vraiment Suavelos il y a quelques années, et j’ai cru comprendre qu’il y avait plusieurs dysfonctionnements, notamment liées à Arnaud Lespingal et à des questions financières.

 Cependant, à l’heure actuelle, “Les Braves” me semble être un succès, c’est un groupe de communautarisation entre Blancs qui fonctionne bien, et j’encourage tous les Blancs à se communautariser. C’est un sujet qui est fondamental, et Conversano est l’un de ceux qui l’a mis en avant au sein de la droite militante. 

 L’Equipe Communautaire Paris est par exemple un grand succès, c’est un groupe identitaire communautaire parisien, qui est une émanation des Braves.

J’ajoute également ici que Daniel Conversano est désormais à la tête d’une maison d’éditions qui grossit rapidement, et qui a par exemple publié le dernier livre de Guillaume Faye avant sa mort, le fameux “Guerre Civile Raciale”, que vous pouvez commander ici.

Par conséquent, Daniel n’est pas qu’un Youtubeur ou un personnage “clashesque” de la fachosphère, son activité est ancrée dans le réel et elle porte ses fruits. La communautarisation n’est pas qu’un mot d’ordre, elle prend réellement vie en France, grâce à son impulsion notamment.

4. Il a une vie conforme à ses idées en bâtissant le foyer blanc

 On reproche souvent à Daniel Conversano d’être un dépravé, notamment parce qu’il parle régulièrement de sexe dans ses vidéos, ce qui peut effectivement être critiquable, mais en réalité, il n’a absolument pas une vie dissolue. Au contraire, il a plutôt un mode de vie “traditionnel”, avec une femme, une fille, bientôt un fils et probablement d’autres encore après.

 Ainsi, Conversano fait des enfants blancs, conformément à ses idées et à ce qu’il prône régulièrement dans ses vidéos : en résumé, il “bâtit le foyer blanc” d’Arthur Kemp. Il a compris l’importance de la démographie et sait que la démographie blanche est déclinante. C’est pour cela qu’il incite tous les nationalistes à avoir un maximum d’enfants blancs, et je ne peux que le soutenir dans cette ligne.

Daniel Conversano, Bâtir le foyer blanc
“Bâtir le foyer blanc” est le titre d’un célèbre livre d’Arthur Kemp

 Enfin, j’en profite pour répondre à l’accusation ridicule selon laquelle “Conversano a un visage basané, alors qu’il prétend défendre et représenter la race blanche” : ce qu’on appelle la “race blanche” correspond approximativement aux gènes européens, et les Italiens ou les Espagnols, mêmes quand ils sont très basanés, ont des gènes européens ou “caucasiens”. La génétique est très claire sur cette question, et le débat “Narbonoïde VS Nordiciste” est stérile tant il est ridicule face à l’invasion que nous subissons. Ce qui compte, ce n’est pas la couleur de peau, mais c’est l’appartenance raciale (génétique), et les Européens du Sud sont très largement de race blanche.

5. Il donne de la visibilité à la ligne ethno-différentialiste

 Si vous lisez ces lignes, vous êtes probablement de droite (“vous êtes la résistance”), et vous savez donc qu’il y a plusieurs courants au sein de la droite nationale. Alors que la gauche et les médias nous taxent uniformément de racistes, un élément paradoxal est que la question raciale ne fait absolument pas consensus à droite.

 Par question raciale, je veux dire le fait d’avoir conscience qu’il existe des différences psychologiques et comportementales entre les différentes races humaines, que ces différences permettent de comprendre un ensemble de phénomènes socioculturels, et que les nations et les civilisations sont des systèmes bio-culturels : la culture européenne que chérissent les patriotes et identitaires (y compris les antiracistes de droite) n’aurait pas pu éclore si le fonds génétique européen (donc, blanc) n’était pas tel qu’il est.

 Ce sujet, la “question raciale”, est éminemment important, et seules 3 figures importantes au sein de la “fachosphère” ou “dissidence” la défendent : Henry de Lesquen, Boris Le Lay avec Démocratie Participative, et Daniel Conversano. En parallèle, un antiracisme de droite est extrêmement présent, que ce soit chez les souverainistes, chez les soraliens, ou chez la plupart des Youtubeurs de droite (que j’apprécie par ailleurs). Je pense que l’antiracisme à droite doit disparaître, car la question raciale est prépondérante pour comprendre véritablement le monde qui nous entoure.

6. Il a créé une plateforme privée et payante qui le rend indépendant

 Récemment, Daniel Conversano a été banni par Tipeee, une plateforme de financement participatif qui lui permettait de gagner un peu moins de 1000 euros par mois. En réalité, cela a plutôt été une bonne nouvelle car il a réagi en créant une plateforme privée et payant appelée SuperDannyLive.com où il donne 6 lives privés par mois. Les membres peuvent également avoir accès à des cours de russes privés avec une professeur de russe (qui sont d’ailleurs déjà complets) et des cours d’histoire antique de Thomas Ferrier. 

Super Danny Live
La bannière de la plateforme privée SuperDannyLive.com

 L’objectif de Daniel Conversano est de créer une plateforme qui propose régulièrement des contenus culturels “de droite” et qui permet de faire partie d’une communauté de Blancs qui défendent les mêmes idées. L’abonnement à la plateforme coûte 15 euros par mois et je vous invite à vous y inscrire si vous appréciez le contenu de Daniel.

 Je pense que l’avenir des créateurs de contenu de droite est celui-ci : utiliser des plateformes alternatives, éventuellement privées, éventuellement payantes, de sorte à avoir une indépendance totale (ne plus dépendre de Youtube, notamment) et être financièrement libre. 

 Le modèle des dons me paraît très fragile et les chiffres le prouvent : Conversano était critiqué parce qu’il demandait trop régulièrement des dons dans ses émissions, alors qu’il ne gagnait même pas 1000€ par mois en dons : désormais, après seulement quelques semaines, “Super Danny Live” compte près de 300 membres, ce qui représente un revenu mensuel suffisant pour ne plus demander de dons et être beaucoup plus libre financièrement pour créer des projets communautaires ou militants.

 Je suis donc ravi de voir que Daniel a créé cette plateforme, et j’espère que cela va faire comprendre à beaucoup de créateurs de contenu que le modèle des dons est très mauvais. 

J’ajouterai qu’il est également l’un des plus gros influenceurs de droite à pousser les gens à utiliser Telegram, qui est une messagerie et un réseau social où la censure est presque inexistante. Là encore, c’est l’avenir des dissidents de trouver des plateformes alternatives pour continuer à avoir une visibilité. Voici le lien vers son canal Telegram : t.me/danielconversano

7. Daniel Conversano a une mentalité positive et il a le souci du bien-être de sa communauté

 Dans ses émissions et dans ses vidéos, Daniel Conversano est comme dans la réalité. Il ne cache rien à son public et il dit les choses comme il les pense. C’est très appréciable, et cela lui permet de créer une véritable connexion avec son public. En effet, une part de son succès s’explique probablement par cette proximité qu’il arrive à avoir avec son public et qui lui permet d’avoir une base solide de quelques centaines de personnes fiables, le coeur de sa communauté. 

 D’ailleurs, ce trait de personnalité polarise certainement les spectateurs, qui peuvent parfois lui reprocher cette absence de barrières, notamment lorsqu’il parle de sa vie intime ou de sexualité.

 J’ajoute que Daniel est l’un des rares porte-paroles de la “fachosphère” qui semble réellement se préoccuper du bien-être et du moral de son audience. En effet, il a identifié que de très nombreux jeunes nationalistes ne sont pas épanouis et heureux, et il cherche vraiment à leur donner des conseils pour aller mieux.

 Deux éléments sapent le moral des jeunes de droite en France actuellement. Le premier est qu’ils vomissent l’époque dans laquelle ils vivent, car ils voient que le monde qui les entoure est hostile envers eux, envers leurs idées, et envers tous les Européens qui refusent la soumission. Daniel Conversano pousse les gens à distinguer l’état de leur civilisation de leur propre vie en les incitant à être plus légers et positifs face au monde. En effet, il est tout à fait possible d’avoir une vie personnelle heureuse malgré l’effondrement en cours de l’Occident. Je ne vais pas développer le sujet, mais Daniel se dirige de plus en plus vers du “développement personnel de droite” (sans niaiseries), notamment via SuperDannyLive.com, est c’est une très bonne chose. 

 Le deuxième élément qui mine le moral des jeunes identitaires est la situation des rapports hommes-femmes actuelle en Occident, qui est très clairement à leur désavantage. C’est une question qui mérite de plus amples réflexions, mais il est intéressant de voir que Daniel a bien identifié cette frustration et il veut y remédier. 

 C’est pour cette raison qu’il a créé le site “BatirUnFoyer.com”. Sa solution est de pousser des jeunes Français déçus par leur situation en France, à s’expatrier dans un pays d’Europe de l’Est pour trouver une compagne. 

 Evidemment, il ne s’agit absolument pas de proxénétisme ni de coups d’un soir : Conversano a simplement envie d’aider ceux qui ont envie de créer une relation de long terme avec une femme de l’Est (pour bâtir le foyer blanc), car il est persuadé que c’est possible de le faire. Encore une fois, il n’a créé cette plateforme que parce qu’il a réellement le souci du bien-être de “ses troupes”, et ce n’est pas pour une motivation pécuniaire. Daniel veut que les nationalistes fassent des enfants blancs, et il les aide à y parvenir. 

Conclusion 

J’ai donné dans cet article 7 raisons de suivre Daniel Conversano car j’ai depuis quelques mois appris à mieux le connaître, alors que j’avais des a priori négatifs, notamment parce que j’avais entendu beaucoup de critiques le concernant, sans aller plus loin. Je pense que beaucoup de personnes se trouvent potentiellement dans la même situation, et gagneront donc à en savoir plus sur Daniel Conversano.

 Il est loin d’être parfait, et j’ai moi-même des points de désaccord avec lui, mais je pense qu’il a été la cible de trop nombreuses calomnies, bien souvent ridicules. 

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Nul n’a jamais réussi à me dissuader de suivre qui que ce soit que moi-même.
    Les ennuis de Conversano VS “le président associatif à plusieurs dizaines de milliers d’euro mensuels communiste multiculturaliste d’ultra-droite” et les prises de position ultérieures de Conversano n’ont fait que de me le rendre plus sympathique.

    Effectivement, je me suis toujours amusé qu’un “persécuté” puisse, avec ses propos, conserveur son association là où pour le millième n’importe qui serait dors et déjà écroué et l’association interdite.
    (à savoir que n’importe quelle association peut être fermée par signature d’un maire, alors celle d’un préfet …. )

    Le terme dis-si-danse d’état (dont je suis à l’origine) n’est pas sorti tout droit d’une lubie conspirationniste mais est le fruit d’une enquête (pour comprendre les incohérence) qui se voulait originellement courte et qui s’est finalement étalée sur cinq années à mi-temps m’amenant à enquêter sur des périodes de 60 ans d’histoire de la “contestation dite Française”.
    De nature “sans filtre” j’arrête dès-lors le propos qui pourrait heurter la crédulité ou les croyances de “dissidents” dans le cadre d’un pays où la question racialo-etho-politique est mi-li-ta-ri-sée depuis 1958. (date au delà de laquelle mes recherches se sont avérées sans fondement)
    Pour le reste, il existe des rapports d’enquête parlementaire connues de 50% des politiques mais que que 100% des politiques et de “nos milieux” n’aimeraient ni voir évoquer, ni voir sortir dans leur version non-censurée par nos services.
    (dommage pour les dits “services”, ils ont loupé quelque-chose quelque-part, trop de monde au jus, trop tard..)
    Pour la dis-si-danse version 2.0 la technique est partiellement retracée, il suffit de suivre qui fait quoi, qui dit quoi et d’où vient qui.

    Je pense que ce dernier sujet apportera piste à enquête et répondra partiellement aux questions de personnes de “nos milieux” ayant assez de maturité et de bouteille pour avoir vécu les années 80 en toute conscience adulte. (ce qui demande une certaine mémoire)
    Quand un état trahit ses propres citoyens (et corps) il n’est pas rare que les gens les plus informés ne lui doivent plus le secret et se mettent à table dans un jeu de billard Français.

    Je me demande fréquemment sur “les gens” ont au moins, une fois dans leur vie, pris la peine de lire, ne serait-ce que les fiches Wikipédia de Soral et Dieudo en faisant fonctionner leur cerveau …
    De toute évidence non.

    Pourquoi cela ne sort pass bien qu’il y ait tout un groupe de “mûrs” au courant ?
    Parce que nous avons assez de métier pour savoir ce que signifie “une tempête dans un verre d’eau”, l’instant T de telles révélations se doit être aussi précis et stratégique que le lancement d’un satellite, histoire qu’il continue de tourner et que tout le monde puisse le voir, s’en moquer ou le détester à juste titre.

    Certains “héros de nos milieux” d’hier seront à coup sûr les “salauds de nos milieux” et les “héros de la gauche” demain. Pourtant tout le monde avait tout sous les yeux pendant au moins cinq décennies, c’est là où certaines informations deviennent imparables.

    O.S.A

    1. Bonjour Matteo,

      Merci de m’avoir signalé votre réponse.

      J’apprécie que vous ayez alimenté le débat avec ce long article, que j’ai lu avec attention !

      Je pourrais à nouveau refaire un article en 7 points pour répondre et re-préciser certains éléments, de sorte à nuancer le propos et à réagir face à vos objections. Mais je ne pense pas que ce soit très utile de s’engouffrer dans un débat public sans fin, d’autant plus que je comprends bien votre position.

      En revanche, je peux vous répondre en privé pour préciser mon propos si cela vous intéresse.

      Indépendamment de “Daniel Conversano”, je pense que nous sommes d’accord sur l’essentiel, au vu de votre argumentation.

      Vous pouvez me contacter à contact@jereinforme.fr si vous souhaitez évoquer des initiatives militantes que je parais négliger. Il n’en est rien, je félicite évidemment le travail de militantisme souvent invisible des milliers de gens qui ont sacrifié beaucoup pour la cause.

      Je pense cependant qu’il est de notre devoir de pousser les gens vers les formes d’engagement les plus efficaces (qui peuvent être très variées et que je n’ai pas encore évoquées sur mon site).

      Amitiés patriotes,
      JR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *