En janvier 2019, Nassim Taleb a écrit un article censé remettre en cause la pertinence du QI, qu’il a appelé “IQ is Largely a Pseudoscientific Swindle“. L’audience de Taleb étant considérable, son article a eu un impact non négligeable, et a donné à beaucoup de profanes une opinion tranchée sur le sujet du QI, ou quotient intellectuel. Le problème, c’est que Nassim Taleb ne semble rien connaître à l’état de la science sur cette question, ni au sens exact de cette notion. (J’ai écrit un article détaillé sur la définition du QI et de l’intelligence, que je vous invite à lire.)

Nassim Nicholas Taleb est un ancien trader libano-américain, devenu également essayiste et statisticien. Il est à l’origine de concepts intéressants et célèbres, tels que celui de cygne noir ou d’antifragilité. Taleb est également connu pour ses points de vues tranchés, son comportement provocateur, et ses opinions controversées. Ce comportement fait de lui un personnage clivant et polarisant, génie anti-conformiste pour les uns, et agitateur sur-coté pour les autres.

Il ne s’agit pas ici de juger son oeuvre ou l’ensemble de ses contributions intellectuelles, mais seulement de s’intéresser à son article sur le QI. En réalité, de très nombreuses réponses à son article existent déjà, et je ne vais donc pas répondre en détail à chacun de ses arguments.

Taleb est-il un “IYI” ?

Commençons simplement pas remarquer les point suivants, accessibles à tous, pour les lecteurs qui se laisseraient berner par son verbiage mathématique et son ton péremptoire :

  • Taleb ne cite quasiment aucune étude pour appuyer son propos, affirmant des vérités générales sur l’avis des psychométriciens, qui s’avèrent pourtant non conformes à la réalité.
  • En effet, Taleb ne semble pas connaître la base de la littérature consacrée à l’intelligence humaine et le QI. Pourquoi suppose-t-il par exemple que ceux qui utilisent des moyennes nationales de QI ignorent les variances associées ?
  • La structure de l’article est extrêmement absconse, et Taleb mélange allègrement les provocations ad hominem, les préoccupations moralisantes, les affirmations non justifiées et, tout de même, les considérations mathématiques. (Ces dernières sont réfutées dans les articles cités plus bas.)
  • Le fait que Taleb utilise des mathématiques que vous ne comprenez pas ne fait pas de son article une démonstration rigoureuse de sa position.
  • Son article a été publié sur un blog, sans être validé par un seul psychométricien. En réalité, Taleb n’est pris au sérieux par aucun spécialiste de la question du QI.
  • Taleb ne répond pas à ses contradicteurs, au contraire il les insulte sur Twitter avant de les bloquer.

En refusant strictement d’accorder une seule ligne au débat en bonne et due forme avec ses contradicteurs, Taleb semble être un parfait exemple de ce qu’il appelle lui un même un “IYI”, “intellectual yet idiot”, c’est-à-dire une personne supposément intelligente, mais inadaptée à la “vie réelle”. Qui plus est, son article regorge de jargonnage statisticisant et de néologismes personnels qui le rendent incompréhensible à la majorité de ses lecteurs. Mais vous êtes priés de croire que seuls les psychométriciens sont des autistes, certainement pas le grand Nassim Nicholas Taleb.

Les réponses à Taleb

Voici une liste de réponses détaillées à l’article sur le QI de Nassim Taleb :

J’ai hésité à en faire une traduction, mais les lecteurs de Taleb sont a priori anglophones, donc cela ne me semble pas nécessaire.

Je vous indique donc à lire toutes ces réponses, si l’article de Nassim Taleb vous a rendu sceptique sur la question du QI. Par ailleurs, je vous renvoie à nouveau vers mon article de définition de ce que sont le QI et l’intelligence, de façon simple et précise.

Rejoindre la conversation

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *